Association ALAMER   http://futur.alamer.fr   http://alamer.fr
Mémoire des Équipages des marines de guerre, pêche, commerce & plaisance de 1939 à 1945
./
« Saint Roméo »
Le calendrier de l'association

Accueil
   Unités




288 embarquements


Année 1932 : DEUVEDEUVE

Année 1934 : D'ARGENLIEU Georges ThierryDERRIEN EdmondDU GARDIN Joseph

Année 1935 : GOURIOU François

Année 1936 : BLÉHAUT

Année 1937 : GIRARDEAU Attila

Année 1938 : CHOLLET MichelHAMEL

Année 1939 : GLOTINGUIVARCH CletLEANDRI DominiqueMARGUERITTE

Année 1940 : ALBRAND MarcelALBRAND MarcelALLEON JosephALLONCLEALPHAIZAN MarcAMREIN PierreANGULOANTOLINIANXOARHAN YvesARNAUDAUFFRET HenriAYEL HenriBADIOLABAGNOLIBARADAT RogerBARBEBARBEBARBE JeanBARRE RogerBASURCOBATHELEMYBATTUT AntoineBEAULIEU JosephBERARD GastonBERROUBESSETBIHEL LéonBLANCABOIS MarcBOLLARD GastonBONDILBOOGBOTHUABOUCHERBRICAUD JeanBRILLETBRIZIOBRUAL StanislasBRUNBUJEAUDCAASANASCAILLIBOT PierreCASTAINGS JeanCASTANETCAUGANTCAZENAVECENTRIC CharlesCHERUYCHRISTENCHRISTINCILLARD AlexisCLOARECCLOAREC JeanCOLYCOMPAYRECONSTANTCOTRIANTCUCHERAT JeanDALIGAULTDALIXDALLYDAMEN JeanDANIGODARET JeanDAVALDAYNESDE LA CHAPELLE BobbyDEFFINDELVILLEDEMENE MarcDENNIELLOUDENOEL RobertDEVILLAINEDROUETDUBERNET LéonDUCHEMIN HenriDUPOUEYDUVERNELL (ou) DEVERNELL SiegfriedESCANDE Jean rogerFARCY JacquesFAVEFEVRIER JosephFIRMINFONTAINE HenriFORRESTIERFOURQUIERFRANTZFRANZFROGER LucienFROIDUROTGABLEGALLGANOTGARAYGARCIAGASLARDGAUFFRIAUDGAVELGILG RogerGIRARDGIRARDON R.GIRON DenisGLOTIN H.GOHRINGGUILLARD FernandGUILLERMEGUILLET CamilleGUILLET HenriGUILLOU CorentinHAMONICHARNOISHASSENFORDERHAUDY ModesteHEINRYHELLEGOUARCHHERMANN PaulHERMINEAUHERRMANN PaulHERVEHERZOG CharlesHESS GeorgesHESS LéonHEYRAUD JeanHOFFSTETTER JosephHUBERTHULBERT FrançoisHULLOHUMBERTINCERTIJAVELAUD HenriJOUVEKERDONCUFFKERVELLEC JeanKIEHLL'ELEGOUAL'CH MauriceL'HENAFF FrançoisLALLIERLANCELOT J.LAPORTE LucienLAPP JosephLAUTELAUTROUS GeorgesLE BARSLE BIHANLE BORGNE JeanLE BOURDONNEC MauriceLE FALHER ErnestLE FLOCH PlacideLE FRIECLE GALLLE PORT JeanLE SANNLEBIHANLECLERCLEDIEU EugèneLEDOUXLEGUE*AGUESLEMOINGLEROUXLEROUX AndréLORHO PierreLOUARNLOUISLOUSTEAULOYMADEC JeanMAHE LouisMAHE OnésimeMANZUOLIMARBLEZMARCANTONIMARCELMARCELLESIMARIE JeanMARINMARTINO JoëlMATHELYMAURICEMESQUIDAMESSADOR MarceauMEYER LucienMICHELMILLEMOLLARETMONOT FrancisMONOT PierreMORANDMORGENTHALERMORLECMOUTONNAGARDNEELNEYNIHOUARN JosephOGESPAILLERON CamillePAOLASSOPATUREAUXPAUL AlainPELLENPELLENPENN FrançoisPEREZPERONAPERSONPERYPETIT GeorgesPETOTPIEDNOIRPLANCONPONCETPONNOT ChristianPOREEPOULLELAOUENPOULMARCHPRAPREATPUECHPUERTAS RaymondQUELLECRAMEL GeorgesREBIEREREBOURCETREGISREY JeanRHIEL EugèneRICHARDRIDELBERGER (ou) RIEDEL-BERGER LouisRIGAL RaymondRIGUIDELRIOU AugusteRIOU CorentinRIVIERE JeanROLLANDROPARSROSAROUDAUTROUTHIERROUXRUDLOFFSAALI JulesSAJOUS AndréSALIOUSALTZMAN GoeorgesSCHAEFFERSTEGMANN LouisSTEPHANTSTEPHANT AlbertSTEPHANT AngeTANGUYTANGUY JeanTERRIENTHEUREAU PaulTHIERRYTHOMAS EugèneTHOMASSETHOREUXTREBOZ AndréTRENDEL LéonTURENNEURANGAURBANURBANVACANSONVALENTIN KléberVAYSSIERESVELNAVERNETVIDALVILLEMUR ArmandVISSANT CharlesWOERNERZIEGLER Alfred

Article


Extrait de La Campagne de Norvège 1940 - (_UNITE_163_) - Paru en 1955 (14232)

par Capitaine de Frégate CAROFF (Service Historique de la Marine) le 30 mai 2007

Le contre-torpilleur français _UNITE_163_ se trouve mouillé, tous feux éteints, en rade de Greenock.

À 14H15, alors qu'un quartier-maître travaille à l'entretien des mécanismes des tubes lance-torpilles avant, le lancement intempestif de la torpille 1 se produit.

Comme toutes les torpilles à bord, elle est amorcée et, projetée à l'avant dans l'axe, elle explose sous la teugue, provoquant une vaste brèche du pont à tribord par le travers de la chaudière 1 qui est détruite et dont les débris envahissent en partie le poste 4.

La cheminée 1 tombe et plusieurs brèches importantes sont provoquées dans le bordé.

Un violent incendie se déclare immédiatement dans le poste des maîtres et se propage avec une rapidité foudroyante dans toute la partie avant.

Les soutes avant, bien que n'ayant pu être noyées ne sautent heureusement pas.

Dans la crainte de leurs explosions, le commandant fait évacuer le navire à 15H15.

Plus tard, vers 16H30, des groupes d'officiers et d'hommes remontent à bord et noient les soutes à munitions arrière.

Les pompiers de Greenock maîtrisent l'incendie vers 19H30 mais le bâtiment, très chargé d'eau, s'enfonce par l'avant.

Une tentative de remorquage ne peut être effectuée à temps et le _UNITE_163_ coule vers 20 heures.

De nombreux marins se trouvent enfermés par l'explosion dans la partie avant et, si certains parviennent à sortir par les brèches, d'autres ne peuvent s'échapper.

On compte 6 tués, 21 disparus et 47 blessés.

V418.0 - !!! ATTENTION - SITE INTERNET EN CONSTRUCTION - CONTENU SOUS RESERVE !!! Page N°3 - Variable N°163